Du temps et de l'atome-instant
2008
Paolo Facchi

Extrait de : "Le temps vu par... (édition électronique)"
sous la direction de Christiane Villain-Gandossi et Jacqueline Lorenz ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Christiane Villain-Gandossi, Jacqueline Lorenz, Paolo Facchi, Serge Lewuillon, Marie-Françoise Diot, Christophe Gauchon, Christian Amalvi, Pascal Barraillé, Jean Duma, Thierry Lassabatère, Pierre Albert, Jan Berting, Bruno Guérard, Jean-François Loudcher, Jean-Nicolas Renaud, Françoise Putod-Vacheret, Frédéric Trautmann, Paul Adam, Aleksandra Dziadkiewicz, Yves Gilli, Daniel Pajaud et Christiane Villain-Gandossi, Christine Bousquet-Labouérie, Frédéric Chauvaud, Oscar Jané, François Lormant, Ania Guini-Skliar
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 15-18
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

On trouve dans Le Timée de Platon (38a) la réflexion suivante : « Nous disons bien en effet qu'elle était, est et sera (l'essence éternelle : tèn aidion ousian), mais c'est seulement “elle est” qui, à parler vrai, lui convient ; quant aux termes “était” et “sera”, c'est à propos du devenir se déroulant dans le temps qu'il sied de les dire (ce sont des mouvements en effet qu'ils désignent), tandis que ce qui toujours se conserve identique immuablement, à cela il n'appartient de devenir ni plus vieux ni plus jeune avec le temps » (traduction Léon Robin, Paris, 1950).
Comme on le voit, Platon aborde le problème du temps en partant de la manière dont nous en parlons. Il distingue ce qui est dans le temps de ce qui est éternel, et, à propos de ce qui est éternel, il dit que nous ne pouvons en parler comme nous parlons de ce qui est temporel.
Mais il nous est impossible de nous passer des différences temporelles chaque fois que nous voulons décrire quelque chose et le rendre reconnaissable tant à nous-mêmes qu'à autrui. Dire que, de l'éternel, on ne peut dire qu'il « était » ni qu'il « sera » équivaut à dire que, de l'éternel, on ne peut donner aucune description. Certes, on peut bien en donner des définitions, mais celles-ci concernent seulement le mot « éternel ». L'éternité est un produit de l'esprit.
La notion d'éternité peut être comparée à celle de «chaos», même prise dans le sens où on la retrouve dans les théories physiques contemporaines de la complexité. Ce sont des mots dont nous pouvons donner une définition, mais dont le signifié ne peut pas faire l'objet d'une description. Le chaos est éternel.