Le temps vu par les historiens du XIXe siècle : le cas de la périodisation des histoires de Venise
2008
Pascal Barraillé

Extrait de : "Le temps vu par... (édition électronique)"
sous la direction de Christiane Villain-Gandossi et Jacqueline Lorenz ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Christiane Villain-Gandossi, Jacqueline Lorenz, Paolo Facchi, Serge Lewuillon, Marie-Françoise Diot, Christophe Gauchon, Christian Amalvi, Pascal Barraillé, Jean Duma, Thierry Lassabatère, Pierre Albert, Jan Berting, Bruno Guérard, Jean-François Loudcher, Jean-Nicolas Renaud, Françoise Putod-Vacheret, Frédéric Trautmann, Paul Adam, Aleksandra Dziadkiewicz, Yves Gilli, Daniel Pajaud et Christiane Villain-Gandossi, Christine Bousquet-Labouérie, Frédéric Chauvaud, Oscar Jané, François Lormant, Ania Guini-Skliar
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 73-84
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Au XIXe siècle en France, on assiste à une forte progression des ouvrages sur Venise. Cette ancienne république (« née » aux alentours de 421 et « morte » en 1797) suscite alors l'intérêt de nombreux historiens. Son gouvernement, ainsi que son rayonnement économique et artistique, sont les raisons de cet engouement historiographique. Les périodes qui jalonnent les récits historiques sont disparates. Certains auteurs s'appuient sur des dates qui rappellent des événements politiques, des conflits ; d'autres évoquent l'histoire de la cité comme une biographie, en utilisant les quatre âges de l'homme (enfance, jeunesse...). Peu de savants du « siècle de l'histoire » sont unanimes quant à une périodisation commune de l'histoire de la cité. Ces découpages chronologiques ne sont pas choisis au hasard : ils illustrent le sens du récit en faisant parfois apparaître les sentiments politiques et la vision personnelle des auteurs...