Temps de l'histoire et rythmes de l'écriture dans les Mémoires du duc de Luynes
2008
Jean Dumazzz

Extrait de : "Le temps vu par... (édition électronique)"
sous la direction de Christiane Villain-Gandossi et Jacqueline Lorenz ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Christiane Villain-Gandossi, Jacqueline Lorenz, Paolo Facchi, Serge Lewuillon, Marie-Françoise Diot, Christophe Gauchon, Christian Amalvi, Pascal Barraillé, Jean Duma, Thierry Lassabatère, Pierre Albert, Jan Berting, Bruno Guérard, Jean-François Loudcher, Jean-Nicolas Renaud, Françoise Putod-Vacheret, Frédéric Trautmann, Paul Adam, Aleksandra Dziadkiewicz, Yves Gilli, Daniel Pajaud et Christiane Villain-Gandossi, Christine Bousquet-Labouérie, Frédéric Chauvaud, Oscar Jané, François Lormant, Ania Guini-Skliar
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 85-94
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le duc de Luynes (1695-1758) tient, de 1735 à sa mort, un journal qui constitue une chronique de son temps. Publié au XIXe siècle sous le titre des Mémoires du duc de Luynes, il forme un corpus de dix-sept volumes en plus de dix mille pages. L'écriture n'en est pas quotidienne, mais ne s'effectue que lorsque le duc estime avoir assez d'éléments pour rédiger quelque chose. Il veut faire œuvre d'historien et s'attache à rassembler les faits et événements importants dont il a eu connaissance pour rédiger en fin de compte une histoire de son temps : « grands » événements, mœurs et usages.
Une étude tant quantitative que qualitative de ce corpus doit permettre de mettre en évidence le rapport au temps historique que le duc de Luynes établit dans son œuvre. Il s'agit de voir comment son écriture rend compte des événements, comment s'articulent temps de l'écriture et temps de l'histoire et comment cela conduit à une forme de hiérarchisation de la matière historique.