Le temps vu par les sociologues.Les conceptions du temps dans la sociologie et dans les idéologies modernes
2008
Jan Berting

Extrait de : "Le temps vu par... (édition électronique)"
sous la direction de Christiane Villain-Gandossi et Jacqueline Lorenz ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Christiane Villain-Gandossi, Jacqueline Lorenz, Paolo Facchi, Serge Lewuillon, Marie-Françoise Diot, Christophe Gauchon, Christian Amalvi, Pascal Barraillé, Jean Duma, Thierry Lassabatère, Pierre Albert, Jan Berting, Bruno Guérard, Jean-François Loudcher, Jean-Nicolas Renaud, Françoise Putod-Vacheret, Frédéric Trautmann, Paul Adam, Aleksandra Dziadkiewicz, Yves Gilli, Daniel Pajaud et Christiane Villain-Gandossi, Christine Bousquet-Labouérie, Frédéric Chauvaud, Oscar Jané, François Lormant, Ania Guini-Skliar
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 115-128
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les Lumières, l'évolutionnisme, le marxisme, le socialisme, le libéralisme, le néolibéralisme (ou l'idéologie de la mondialisation), toutes ces idéologies véhiculent des idées unilinéaires des changements technologiques, économiques, sociaux et culturels, liées aux concepts de progrès, de croissance et de développement. Elles mettent l'accent sur la modernisation, contrastant avec un monde traditionnel, qui résiste aux forces du progrès, qui nous mènera vers un avenir plus équitable, plus abondant, avec plus de liberté, avec moins de conflits et de tensions, bref, avec plus de bonheur et de satisfaction. Maintenant que nous sommes sous l'empire de l'idéologie de la mondialisation, il est urgent d'analyser le type de société qui est devant nous selon cette idéologie en relation avec d'autres images de l'avenir de nos sociétés. Nous trouvons-nous dans un vide idéologique vis-à-vis du futur ? Cela pourrait être le cas, dans la mesure où l'idéologie de la mondialisation s'avère être non une idéologie, mais une théorie valide qui expliquerait le processus de cette mondialisation.