Précarité et temps réel
2008
Frédéric Trautmann

Extrait de : "Le temps vu par... (édition électronique)"
sous la direction de Christiane Villain-Gandossi et Jacqueline Lorenz ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Christiane Villain-Gandossi, Jacqueline Lorenz, Paolo Facchi, Serge Lewuillon, Marie-Françoise Diot, Christophe Gauchon, Christian Amalvi, Pascal Barraillé, Jean Duma, Thierry Lassabatère, Pierre Albert, Jan Berting, Bruno Guérard, Jean-François Loudcher, Jean-Nicolas Renaud, Françoise Putod-Vacheret, Frédéric Trautmann, Paul Adam, Aleksandra Dziadkiewicz, Yves Gilli, Daniel Pajaud et Christiane Villain-Gandossi, Christine Bousquet-Labouérie, Frédéric Chauvaud, Oscar Jané, François Lormant, Ania Guini-Skliar
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 169-174
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Pour parler des temps qu'il devinait poindre, Tocqueville écrivait : « Le passé n'éclairant plus l'avenir, l'esprit marche dans les ténèbres. » Le rapport au temps semble marqué aujourd'hui par une certaine domination du présent, dont la notion d'urgence rend le mieux compte : instantanéité et vitesse, prépondérance de l'efficacité immédiate au détriment du long terme, abolition de la durée et de la distance. Je me propose d'analyser les recompositions qu'entraîne cette temporalité dans l'organisation sociale et dans celle des personnalités, dans une lecture à partir des marges. L'accueil d'urgence des pauvres la nuit (clochards, errants, demandeurs d'asile, clandestins...) comme analyseur de la rupture des liens et du temps.