L'assimilation du Roussillon à la France : une question de temps... judiciaire
2008
Oscar Jané

Extrait de : "Le temps vu par... (édition électronique)"
sous la direction de Christiane Villain-Gandossi et Jacqueline Lorenz ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Christiane Villain-Gandossi, Jacqueline Lorenz, Paolo Facchi, Serge Lewuillon, Marie-Françoise Diot, Christophe Gauchon, Christian Amalvi, Pascal Barraillé, Jean Duma, Thierry Lassabatère, Pierre Albert, Jan Berting, Bruno Guérard, Jean-François Loudcher, Jean-Nicolas Renaud, Françoise Putod-Vacheret, Frédéric Trautmann, Paul Adam, Aleksandra Dziadkiewicz, Yves Gilli, Daniel Pajaud et Christiane Villain-Gandossi, Christine Bousquet-Labouérie, Frédéric Chauvaud, Oscar Jané, François Lormant, Ania Guini-Skliar
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 259-270
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L'analyse des politiques développées par le royaume de France, depuis 1640 jusqu'à l'annexion du Roussillon, permet d'en observer les résultats en Catalogne du Nord : propagande et symbolique royales ; le Roussillon et la politique internationale française ; une politique d'assimilation et la transformation en contrefort défensif et offensif ; une politique géostratégique relayée par des représentants locaux. Louis XIV tenta de faire du Roussillon une monnaie d'échange, mais lorsque cette possibilité sembla s'effacer, l'annexion devint inévitable. Les actions politiques prirent ainsi du sens et ne furent plus intuitives. Malgré tout, l'idée d'échange perdura durant trente ans jusqu'à la prise de Barcelone en 1697 ; la France était alors en situation favorable face à l'Espagne. De 1659 jusqu'à la Révolution française, le temps judiciaire marque les temps de l'assimilation politique, culturelle et sociale du Roussillon à la France, dont nous tenterons de montrer les principaux aspects.