Une plate-tombe en céramique, image du XIIIe siècle ?
2008
Éric Broine et Armelle Alduc-Le Bagousse

Extrait de : "Images et relevés archéologiques, de la preuve à la démonstration (édition électronique)"
sous la direction d'Olivier Buchsenschutz ; 132e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007

Charles Kraemer, José Luis Cortès, Françoise Lecocq, Éric Broine, Armelle Alduc-Le Bagousse, Jean-Paul Saint-Aubin, Olivier Buchsenschutz, Romain Pigeaud, Nicolas Paparoditis, Camille Bourdier, Oscar Fuentes, G. Hamon, Geneviève Pinçon, Michel Daeffler, Julien Cavero, Marie-Pierre Jézégou, Hans Günter Martin, Corinne Sanchez, Klaus Storch, Laurent Carozza, Jean-Michel Carozza, Albane Burens-Carozza
2008
p. 55-82
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les plates-tombes en céramique, produits caractéristiques des arts du feu et du travail du potier en Normandie aux XIIIe et XIVe siècles, offrent aux archéologues une source graphique de premier choix. L'agencement de dalles incisées colorées recouvre et signale, au niveau du sol, l'emplacement de sépultures privilégiées (aspect social, localisation) dans les principaux lieux de culte normands.
La découverte de la plate-tombe du prêtre Guillaume (datée entre 1280 et 1289) dans l'abbatiale Notre-Dame-du-Vœu à Cherbourg et la fouille du squelette reposant au fond de la fosse sépulcrale, complétées par l'étude anthropologique, fournissent des informations multiples pour une analyse approfondie. Trois axes principaux seront abordés : l'image léguée à la postérité (son agencement, sa mise en scène codifiée, son message), ses rapports avec le texte de l'épitaphe qui l'accompagne et enfin la confrontation des renseignements livrés par le monument lui-même et ceux obtenus grâce à l'étude ostéologique.