Lire, écrire, transcrire
Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (XIe – XIIIe siècle) - 2002
Pierre Chastang
ISBN : 978-2-7355-0472-5
459 p., 15 x 22 cm
Collection : CTHS Histoire
N° dans la collection : 2
Code Sodis : F30420.5
commander l'ouvrage [prix : 38,00 €]
Les cartulaires ont jusqu’à présent été utilisés comme des recueils de chartes qui fournissent aux historiens la transcription de textes dont les originaux ont disparu. Or, la copie de parchemins dans un cartulaire représente un véritable travail d’écriture qui, tout en produisant une représentation du pouvoir seigneurial, contribue à fixer la mémoire de l’institution commanditaire et participe à un effort d’ordonnance et de défense du patrimoine, inséparable des évolutions sociale et culturelle qu’ont connues les régions méditerranéennes, du XIe au XIIIe siècle. Cet ouvrage replace la rédaction des cartulaires dans l’ensemble de la production textuelle du bas Languedoc et propose, à l’échelle d’une région, une histoire sociale des pratiques de l’écrit.
Table des matières :
Remerciements - p. 10 Liste des abréviations utilisées - p. 11 PARTIE INTRODUCTIVE : ÉTAT DE LA QUESTION ET PRÉSENTATION DU CORPUS Chapitre 1 - État de la question - p. 15 1 . Cartulaires et histoire culturelle - p. 15 2. Lecture et... (lire la suite...)
Table des matières au format PDF.
Comptes rendus parus dans la presse :
Domitia
23/09/2003 - A. Catafau pour la revue Domitia, n°3, janvier 2003, pp.181-182
Compte rendu
Extraits :

(...) nous nous contenterons de souligner ici la très efficace publication par le CTHS, sur les conseils et aux bons soins de M. Olivier Guyotjeannin, d'un travail préparé et soutenu sous la direction de Mme Monique Bourin et dont la lecture est désormais indispensable à tout historien médiéviste, qu'il s'interroge sur la nature des sources dont il dispose, sur leur mode de sélection, de transmission, sur leur manipulation ou leur déformation, ou qu'il s'intéressent à l'histoire culturelle du Moyen Âge, au sens le plus large, et à la place qu'y tiennent l'écrit et ceux qui en font usage. (...) Pierre Chastang a su faire d'une thèse brillante un ouvrage alerte qui satisfait aux exigences de la meilleure érudition... Le tour de force aura été de réduire le texte principal de la thèse, sans ôter aucune des parties, tout en y intégrant quelques-uns des indispensables "dossiers" que le chercheur avait relégués en annexes. (...)