Macao vue par l'équipage du Solide, fin 1791, d'après les journaux du bord (Marchand, Chanal, Roblet)
2009
Odile GANNIER

Extrait de : "Circulation des hommes et des idées à l'époque révolutionnaire (édition électronique)"
sous la direction de Claudy Valin ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Philippe Barlet, Jean Bart, Claudy Valin, Anna-Maria Rao, François Arnoulet, Élisabeth Audoin, Robert Chagny, Odile Gannier, Marie-Séverine Pillon, Mireille Lobligeois, Isabelle Mayaud, Roger Texier
Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 91-102
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le voyage du Solide est une expédition de commerce, partie de Marseille en décembre 1790 pour une circumnavigation de vingt mois. Le but en était le trafic des peaux entre la côte ouest de l'Amérique et la Chine. Hélas, en arrivant à Macao fin novembre 1791, Marchand se heurte à l'embargo décrété par les mandarins sur les pelleteries.
L'examen des trois journaux, du capitaine, du second Chanal, du chirurgien Roblet, donne un aperçu original de la ville et indirectement de la Chine, d'après ce qu'ils ont pu en voir, en une dizaine de jours, sur le plan urbanistique, commercial, religieux, politique, social. Ils proposent cependant des relations un peu différentes, chacun selon son emploi : Chanal rend surtout compte de l'aspect commercial et des rapports avec les autres navires ; Roblet visite la ville, presque en « touriste » ; Marchand reprend ces témoignages en ajoutant le sien, décrivant ses impressions et donnant une vision d'ensemble, écho d'autres relations de voyage.
L'enthousiasme sinophile des jésuites et des philosophes se trouve ainsi fort ébranlé, à la fin du règne de Qianlong, par les comptes-rendus pragmatiques des navigateurs au commerce.