Guillaume-André Villoteau (1759-1839) et l'Égypte
l'expérience d'une vie - 2009
Isabelle MAYAUD

Extrait de : "Circulation des hommes et des idées à l'époque révolutionnaire (édition électronique)"
sous la direction de Claudy Valin ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Philippe Barlet, Jean Bart, Claudy Valin, Anna-Maria Rao, François Arnoulet, Élisabeth Audoin, Robert Chagny, Odile Gannier, Marie-Séverine Pillon, Mireille Lobligeois, Isabelle Mayaud, Roger Texier
Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 121-132
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Lorsqu'on évoque l'expédition d'Égypte (1798-1801), on se plaît à opposer à l'échec militaire, la formidable réussite scientifique. Dans cette perspective, on glorifie La description de l'Égypte, ou l'on relate les brillantes carrières des membres de la commission des Sciences et des Arts à leur retour en France. Le cas du musicien Guillaume-André Villoteau (1759-1839), successivement membre de la commission des Sciences et des Arts et coopérateur de La description de l'Égypte invite pourtant à nuancer ce tableau : à son retour, sa vie ne fut qu'une succession de déceptions et d'échecs étroitement liés au voyage. De ce constat découlent plusieurs questions. Quels types d'espoirs les savants plaçaient-ils dans le voyage ? Dans quelles conditions étaient rédigés et publiés les résultats de leurs recherches et observations ? Quels rapports les « sciences » entretenaient-elles avec les pouvoirs politiques au début du XIXe siècle ? En suivant les grandes étapes de la vie de Villoteau (notamment à partir des correspondances conservées aux Archives nationales), nous apporterons des éléments de réponse visant à éclairer ces aspects du voyage scientifique.