La noblesse et l'Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle
L'exemple des familles d'Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille - 2002
Florian Mazel
ISBN : 2-7355-0503-0
803 p., 15 x 22 cm
Collection : CTHS Histoire
N° dans la collection : 4
Code Sodis : F30454.0
commander l'ouvrage [prix : 32,00 €]
A partir de l'exemple de trois grandes familles provençales, l'objet de cette étude est de reprendre la question des structures socio-politiques et idéologiques de la domination aristocratique en plaçant au cœur de la démarche le problème des rapports entre les élites laïques et l'Eglise durant la période centrale du Moyen âge. Une nouvelle approche du passage de la société postcarolingienne à l'Etat monarchique se trouve ainsi proposée, réévaluant en particulier le rôle de la réforme grégorienne et de la construction théocratique. Il en ressort l'importance des questions ecclésiologiques et spirituelles pour comprendre la nature, les formes et les transformations du pouvoir nobiliaire entre le Xe et le XIVe siècles.
Table des matières :
Avertissement - p. 8 Remerciements - p. 9 Introduction générale - p. 11 Abréviations - p. 25 Chapitre préliminaire - Trois familles de l'aristocratie : identité, pouvoir et légitimité (milieu Xe-milieu XIe siècle) I - L'identité... (lire la suite...)
Table des matières au format PDF.
Comptes rendus parus dans la presse :
Moyen Âge
10/11/2002 - Revue Moyen Âge, n°31 novembre/décembre 2002
Bibliothèque
Remarquable. Ce gros volume (802 pages, cartes et plans) est indispensable à tous ceux qui s'intéressent à la Provence médiévale. L'auteur étudie la société aristocratique, et ses rapports avec les élites laïques et l'Église, vers l'An mil tout d'abord, puis au fil des transformations qui nous mènent jusque vers 1340.
(...) Tout ceci est clair et très documenté avec de nombreux tableaux généalogiques. L'ouvrage permet une nouvelle approche du passage de la société post-carolingienne à l'État monarchique et dégage le rôle de la réforme grégorienne et de la construction théocratique.

Provence historique
30/07/2003 - Laure Verdon pour "Provence historique", tome 53, fasc. 212, avril-juin 2003
Bibliographie
Extraits, pp.301-303 :

(...) Disons-le d'emblée, cet ouvrage constitue une contribution majeure à l'historiographie du Moyen Âge provençal, tant par l'ampleur et la diversité des sources mises en oeuvre que par la qualité et la solidité des conclusions auxquelles une méthodologie rigoureuse permet d'aboutir. Le corpus documentaire étudié se caractérise par deux éléments : d'une part, la prédominance des sources ecclésiastiques jusqu'au milieu du XIIIe siècle... d'autre part la diversité de la documentation relative au groupe nobiliaire, les actes diplomatiques laïques étant peu nombreux dans la région jusqu'au milieu du XIIIe siècle. La démarche suivie a conduit F. Mazel à présenter en annexes de forts précieux instruments de travail tels, outre un index, des tableaux généalogiques, dont certains comblent ou rectifient les connaissances parfois lacunaires que l'on pouvait avoir de ces familles, ainsi que des cartes de localisation des possessions seigneuriales...
(...) Il s'agit d'une thèse d'histoire sociale qui donne au politique son sens plein et entier.
(...) L'originalité de la démarche consiste, cependant, à dépasser le stade de la "sociographie descriptive" pour réintroduire dans l'étude de l'aristocratie tout le poids des phénomènes religieux. (...) L'analyse des rapports de pouvoir entretenus entre ces différents groupes se fait extrémement fine et pertinente, au miroir des apports de l'anthropologie historique comme de la philologie, et conduit à renouveler totalement, in fine, notre connaissance de la Provence médiévale.
(...) On ne peut, pour terminer, qu'insister à nouveau sur la qualité de cet ouvrage, sur la solidité et la pertinence des analyses, servies, en outre, par un propos toujours clair et élégant.

Revue d’histoire ecclésiastique
23/05/2006 - H. Platelle
Compte-rendu
Extraits : (...)
Ce livre écrit avec élégance et précision apporte un hommage mérité à cette lointaine aristocratie, sans laquelle rien ne pouvait se faire, même et surtout dans le domaine religieux.

Cahiers de civilisation médiévale
14/11/2006 - Thomas DESWARTE
compte-rendu
Extrait :

(...) le livre de F. Mazel est là pour prouver que, avec du talent, du travail et une bonne direction de recherche, l'excellence peut être au rendez-vous. Le sujet, parfaitement défini, me semble à la confluence de trois approches, lesquelles conjuguées, permettent de préciser ou de renouveler en profondeur nos connaissances...
Le défi à relever n'était donc pas mince; et pourtant le résultat force l'admiration.