Volney au Proche-Orient entre le passé et l'avenir des peuples
2009
Roger TEXIER

Extrait de : "Circulation des hommes et des idées à l'époque révolutionnaire (édition électronique)"
sous la direction de Claudy Valin ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Philippe Barlet, Jean Bart, Claudy Valin, Anna-Maria Rao, François Arnoulet, Élisabeth Audoin, Robert Chagny, Odile Gannier, Marie-Séverine Pillon, Mireille Lobligeois, Isabelle Mayaud, Roger Texier
Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 133-142
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Constantin François de Chassebœuf, comte de Volney (1757-1820), a voyagé en Égypte et en Syrie de décembre 1782 à avril 1785. Il y a découvert des horizons qui gardent le souvenir d'empires prestigieux, qu'il retrace en long et en large dans son Voyage en Égypte et en Syrie, en 1787. C'est justement dans les restes de civilisations ruinées par l'envie et le fanatisme qu'il puisera l'inspiration de son ouvrage principal, Les Ruines ou méditation sur les révolutions des empires (1791). L'auteur a voulu analyser cette méditation et mettre en relief les points principaux de la philosophie politique qu'elle contient. À savoir : les causes générales tant de la prospérité que de la décadence d'États disparus ; les facteurs qui font d'une nation moderne une nation libre et prospère ; les fondements de la vie politique et sociale, tels que les établira l'écrivain voyageur, en 1793, dans La loi naturelle ou catéchisme du citoyen français.