Objets d'affection, une ethnologie de l'intime
2010
Véronique Dassié
ISBN : 978-2-7355-0712-2
368 p., 16 x 24 cm, ill., br.
Collection : Le regard de l'ethnologue
N° dans la collection : 22
Code Sodis : F30763.9
commander l'ouvrage [prix : 28,00 €]
Dans un contexte de mobilité croissante et de mondialisation de la société, se définir en tant qu'individu se complique. Il faut pouvoir à la fois présenter une définition de soi-même cohérente et singulière, et trouver sa place au sein d'un groupe aux frontières de plus en plus incertaines.
Si chaque individu peut composer son espace intime comme il le souhaite, il ne le fait toutefois pas n'importe comment mais en tant qu'être social. L'auteur analyse de quelle manière nos contemporains disposent leurs objets dans l'espace domestique et comment ces objets orchestrent des passages d'un mode de vie à un autre.
Les histoires d'objets aimés ou détestés constituent en effet un bric-à-brac de l'intime dans lequel, fouillant les armoires et les tiroirs, explorant les salons et les greniers, nous allons découvrir des petits riens tels que le chapelet en plastique de Valérie, les bouteilles d'eau vides de Sandra, le briquet jetable d'Antoine, la robe blanche de Sylvie, les mèches de cheveux de Gisèle, les bois de cerf de Bernard, la poupée de Paulette, les chandeliers de Marie-Anne ou les fossiles d'Henri.
Table des matières au format PDF.
Comptes rendus parus dans la presse :
L'Homme
09/04/2013 - Michel Rautenberg
Extraits :

"(...) arrivant d'une traite au bout de 367 pages denses, d'une écriture précise et élégante, d'une construction particulièrement habile, le lecteur est bien convaincu d'avoir lu un ouvrage neuf qui réinvente l'ethnologie de la personne et de l'intimité. Le ton est juste, l'argumentation rigoureuse."

"Par la qualité de son ethnographie et la finesse de ses analyses, l'ouvrage de Véronique Dassié a toute sa place dans la bibliothèque des plus belles monographies de l'ethnologie française (...) elle apporte une contribution essentielle à la compréhension de ce qu'on pourrait nommer une "politique de l'intimité"."