La construction romaine en « opus Africanum » et ses renaissances : innovation technique ? continuité accidentelle ?
2009
Roger HANOUNE

Extrait de : "Tradition et innovation en histoire de l'art (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Gaborit ; 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006

Dominique TRITENNE et Denis RIVAL, Roger HANOUNE, Ania GUINI-SKLIAR, Michel MARTZLUFF, Bernard LAUMONIER, Jean-Claude ALOISI, Elodie ISSAKHIAN, Laurence MACHET, Cédric AVENIER, Christine BLANCHET-VAQUE, Laure ALBERT, Laure FAGNART, Sandra COSTA, Sandrine KRIKORIAN, Rébecca DUFFEIX, Pierre SÉRIÉ, Christophe CORBIER, Hubert FRANÇOIS, France LECHLEITER,
Paris, Éditions du CTHS
2009
p.29-39
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Parmi les diverses techniques de construction romaine, un type de maçonnerie est extrêmement répandu dans l'Afrique de l'époque impériale : il est généralement fait de piles où alternent blocs horizontaux et verticaux et que relient des panneaux réalisés en petits moellons. Pour désigner cet appareil, les archéologues ont forgé le terme d'« opus Africanum ». Après une brève histoire de cette technique, de l'Afrique pré-romaine jusqu'à l'époque islamique, on est amené à s'interroger sur la réapparition dans la construction moderne (surtout celle des ingénieurs) de cet « appareil harpé » qui semblait disparu pendant des siècles. La redécouverte accidentelle et une sorte de « fatalité » de la construction semblent ici plus importantes que l'influence ou la continuité réelles. On met en parallèle l'histoire d'une autre technique propre à l'Afrique romaine, la construction de voûtes sur un coffrage fait de tubes de céramique emboîtés, accidentellement réinventée au XXe siècle. La pseudo-diffusion d'un motif décoratif - la « poste carrée » -, aussi courante sur les pavements de mosaïque romains tardifs que dans l'art pré-colombien, permet de poser le même problème de rapports entre tradition et innovation, entre diffusion et hasard.