Le fil de la pierre au microscope : savoirs traditionnels et innovations techniques dans le débitage des roches monumentales des chaos granitiques de Cerdagne
2009
Michel MARTZLUFF, Bernard LAUMONIER, Jean-Claude ALOISI, Élodie ISSAHKIAN

Extrait de : "Tradition et innovation en histoire de l'art (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Gaborit ; 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006

Dominique TRITENNE et Denis RIVAL, Roger HANOUNE, Ania GUINI-SKLIAR, Michel MARTZLUFF, Bernard LAUMONIER, Jean-Claude ALOISI, Elodie ISSAKHIAN, Laurence MACHET, Cédric AVENIER, Christine BLANCHET-VAQUE, Laure ALBERT, Laure FAGNART, Sandra COSTA, Sandrine KRIKORIAN, Rébecca DUFFEIX, Pierre SÉRIÉ, Christophe CORBIER, Hubert FRANÇOIS, France LECHLEITER,
Paris, Éditions du CTHS
2009
p.50-71
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le paysage bocager de la Solana fut modelé par les tailleurs de pierre (picapedrers) au XIXe et au début du XXe siècle. Dans les années 1980, le recueil de la mémoire des derniers artisans permettait d'associer la perduration de techniques anciennes avec des ateliers situés dans des chaos éloignés pour exploiter un granite dit « tendre ». Qualifiés de « durs », les granites plus accessibles des moraines et du contact avec les schistes du piémont furent exclusivement exploités après 1900, avec l'introduction de nouveaux savoirs permettant le débitage contrôlé et orthogonal des boules. La maîtrise empirique de la taille a été confrontée à l'étude géologique des propriétés clastiques d'un matériau cristallin local, a priori isotrope (texture, minéralogie, structure). Les premiers résultats montrent que la force d'inertie d'une tradition technique et ses apparentes contradictions dans la localisation des carrières reposent sur une connaissance approfondie du granite local. Cependant, les innovations ne furent adoptées qu'avec la maîtrise de travaux de forge et l'apprentissage tardif d'un fil dans la pierre, reconnaissance intuitive d'une propriété du granite qui repose sur les caractères particuliers de la microfissuration affectant le « granite dur » et les distinguant de celles du granite « tendre ».