L'artiste contemporain face à la création du vitrail « religieux » : rupture ou tradition ?
2009
Christine BLANCHET-VAQUE

Extrait de : "Tradition et innovation en histoire de l'art (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Gaborit ; 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006

Dominique TRITENNE et Denis RIVAL, Roger HANOUNE, Ania GUINI-SKLIAR, Michel MARTZLUFF, Bernard LAUMONIER, Jean-Claude ALOISI, Elodie ISSAKHIAN, Laurence MACHET, Cédric AVENIER, Christine BLANCHET-VAQUE, Laure ALBERT, Laure FAGNART, Sandra COSTA, Sandrine KRIKORIAN, Rébecca DUFFEIX, Pierre SÉRIÉ, Christophe CORBIER, Hubert FRANÇOIS, France LECHLEITER,
Paris, Éditions du CTHS
2009
p.101-114
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Aujourd'hui, « L'image » du vitrail est encore associée aux verrières du Moyen Âge comme celles de la cathédrale de Chartres qui sont figuratives et colorées. Le métier du maître verrier est également perçu comme ancestral dont les techniques ont peu évolué. Or, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, de nombreux artistes de renommée et de sensibilité plastique différente ont créé des vitraux religieux.
Matisse, Léger, Soulages, etc., ont accepté ces projets sans concession avec leur art et ont exploré les contraintes du matériau notamment au plan technique afin d'en extraire une richesse significative allant de pair avec l'œuvre globale. S'ils sont restés attentifs à la tradition, ils ont inscrit le vitrail dans l'art de leur temps. Quel regard doit-on porter sur ces propositions artistiques et techniques ? Doivent-elles être appréhendées comme une rupture de la tradition ou comme une évolution du vitrail ?