Pour une interprétation littéraire et morale de l'iconographie des repas populaires français des XVIIe et XVIIIe siècles à travers les œuvres de Bourdon et Greuze
2009
Sandrine KRIKORIAN

Extrait de : "Tradition et innovation en histoire de l'art (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Gaborit ; 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006

Dominique TRITENNE et Denis RIVAL, Roger HANOUNE, Ania GUINI-SKLIAR, Michel MARTZLUFF, Bernard LAUMONIER, Jean-Claude ALOISI, Elodie ISSAKHIAN, Laurence MACHET, Cédric AVENIER, Christine BLANCHET-VAQUE, Laure ALBERT, Laure FAGNART, Sandra COSTA, Sandrine KRIKORIAN, Rébecca DUFFEIX, Pierre SÉRIÉ, Christophe CORBIER, Hubert FRANÇOIS, France LECHLEITER,
Paris, Éditions du CTHS
2009
p.172-186
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le thème des repas populaires français des XVIIe et XVIIIe siècles se prête à l'analyse de l'évolution stylistique au fil de deux siècles et permet de mettre en valeur les persistances et nouveautés caractéristiques. Ici, les œuvres des artistes que sont Sébastien Bourdon et Jean-Baptiste Greuze figurent des scènes de repas présentant une interprétation littéraire. Ainsi, l'étude est divisée en deux temps. L'analyse porte dans un premier temps sur l'interprétation des bambochades de Bourdon liée à la moralité d'une littérature picaresque et religieuse : quelles sont les « figures-types » et thèmes des romans picaresques que l'on retrouve chez l'artiste ? Dans un second temps, Greuze, peintre d'une bourgeoisie qui incarne les valeurs de l'éducation morale (piété filiale, respect accordé à la nourriture), est étudié. Le découpage de la narration de ses œuvres permet d'établir un rapport avec le drame bourgeois fondé par Diderot.