Marie-Laure de Noailles et sa villa hyéroise à l'avant-garde du mouvement artistique moderne (1920-1932)
2009
Hubert FRANÇOIS

Extrait de : "Tradition et innovation en histoire de l'art (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Gaborit ; 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006

Dominique TRITENNE et Denis RIVAL, Roger HANOUNE, Ania GUINI-SKLIAR, Michel MARTZLUFF, Bernard LAUMONIER, Jean-Claude ALOISI, Elodie ISSAKHIAN, Laurence MACHET, Cédric AVENIER, Christine BLANCHET-VAQUE, Laure ALBERT, Laure FAGNART, Sandra COSTA, Sandrine KRIKORIAN, Rébecca DUFFEIX, Pierre SÉRIÉ, Christophe CORBIER, Hubert FRANÇOIS, France LECHLEITER,
Paris, Éditions du CTHS
2009
p.213-216
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Petite-fille d'un riche banquier belge, épouse en 1923 d'un aristocrate dont la famille fut riche en maréchaux de France et en cardinaux, Marie-Laure de Noailles conforte son mari dans l'idée de construire à Hyères sur les restes d'un ancien monastère, une villa devant marquer un changement profond dans la manière de concevoir une habitation. Elle impose l'architecte Mallet-Stevens qui passe alors pour bousculer les modes. Réalisée entre 1924 et 1932, cette villa où tout paraît nouveau sera davantage qu'un simple lieu de repos dans le midi. Marie-Laure de Noailles va en effet y accueillir et y cautionner le monde intellectuel d'avant-garde. Francis Poulenc crée là le Bal masqué.
On peut y croiser Cocteau, Giacometti, Gide, Peyrefitte, Stravinsky et d'autres, dont le cinéaste Buñuel qui y écrit le scénario de L'âge d'or, dont la projection sera ensuite interdite pendant plus de cinquante ans. La crise économique des années 1930 puis la guerre éloigneront peu à peu les visiteurs, mais le souvenir du non-conformisme de la vicomtesse de Noailles subsistera. Cette communication s'appuie sur des études locales menées depuis le classement de la villa en 1975 et 1987, et sa rénovation à partir de 1989.