Mobilité au travail : l'exemple des verriers provençaux aux XVe et XVIe siècles
2009
Joëlle GUIDINI-RAYBAUD

Extrait de : "Les arts du feu (édition électronique)"
sous la direction de Nicole Meyer-Rodrigues et Michel Bur, 127e Congrès National des Sociétés Historiques et Scientifiques, Nancy, 2002

Yves HENIGFELD, Marie GLOC, Francis ROUSSEL, Joëlle GUIDINI-RAYBAUD, Marc LEROY, Richard HERBACH, Thierry VIOLLET, Philippe FLUZIN, Mireille-Bénédicte BOUVET, Claude MAZAURIC, Charles KRAEMER, Guillaume HUOT-MARCHAND, Martine VOIRIN, Murielle GEORGES-LEROY, Dominique HECKENBENNER, Bertrand HOERNER, Renée LANSIVAL, Nicolas MEYER, Édith PEYTREMANN, Marilyne PREVOT, Pascal ROHMER, Jean ROSEN, Henri AMOURIC, Lucy VALLAURI, Jean-Louis VAYSSETTES, Jean-Michel MINOVEZ, Christian LECOMTE, Jacques THIRIOT

2009
p.77-82
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Aux temps du vitrail en Provence, les verriers sont pleinement sédentarisés et établis en milieu urbain. Si la plupart de leurs commandes émanent d'une clientèle proche, et concernent des bâtiments édifiés dans leur ville d'installation, certaines sont passées pour des édifices extérieurs. L'artisan est alors contraint à se déplacer, pour des temps plus ou moins longs, entre une semaine et plusieurs années, selon la nature et le lieu du chantier. Cette mobilité ne doit pas être confondue avec une émigration dans la mesure où, quelle que soit la durée de l'absence, le verrier reviendra dans sa ville d'installation première.
Selon qu'il est de courte, de moyenne ou de longue durée, le déplacement sur le lieu de l'ouvrage entraîne des changements plus ou moins importants dans la structure de l'atelier, comme les dispositions prises envers les ouvriers, la vente ou non d'outils, etc. Il peut aussi avoir des répercussions sur la vie familiale, avec le déplacement ou pas de l'ensemble de la famille. Ces désagréments sont alors plus ou moins compensés par le commanditaire.
Le nombre important d'exemples relevés et leur variété montrent que, quelles qu'en soient les conditions, la mobilité est une caractéristique du travail de l'artisan verrier.