Gérer l’eau vers le progrès
2009
Colette BOURRIER-REYNAUD

Extrait de : "Innovation dans la gestion environnementale des territoires de montagne (édition électronique)"
sous la direction de Jean-Paul Bravard ; 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006
Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 71-80
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La gestion de l’eau, indispensable à la vie, est un exemple permanent d’évolution entre tradition et innovation.
Un rappel de cette évolution dans un village de montagne montre que, depuis l’installation « à la source » des habitats originels, le XIXe siècle, par la création des captages, des longues conduites d’adduction, l’installation des fontaines publiques et les branchements privés apporta des innovations marquantes bien accueillies par les populations dont elles amélioraient les conditions de vie.
L’innovation permise par le progrès technique, en servant l’eau au robinet des particuliers comme à ceux des artisans a fourni un apport énergétique majeur, permettant à ces derniers de s’installer « à distance » des hautes chutes d’eau isolées et de créer des quartiers artisanaux (moulins, scieries, lavoirs...) dans les villages mêmes.
L’attitude du consommateur a évolué depuis le temps où chacun « économisait l’eau » jusqu’aux Temps modernes, où elle est souvent « gaspillée » car on ne sait même plus d’où elle vient, ni comment.
L’effort permanent indispensable d’investissement et d’entretien des collectivités pour répondre à la demande sera rappelé, face à la montée inévitable des redevances auxquelles rechignent les usagers, oubliant que demain une grande partie du monde se prépare à manquer d’eau.