L’image satellitale : un instrument essentiel pour le renouveau des perceptions au service des sciences géographiques et historiques
2009
Gilles SELLERON

Extrait de : "Genres et usages de la photographie (édition électronique)"
sous la direction de Bertrand Lavédrine ; 132e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
2009
p. 37-52
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Parce qu’ils survolent la Terre continuellement et sont pourvus d’atouts technologiques complémentaires, à la fois multispectraux et multi-résolutions, les satellites autorisent une perception toujours réactualisée des rapports entre la nature et les sociétés humaines, avec un recul de trente années. Les images qu’ils procurent sont le reflet des activités humaines contemporaines dont géographes et historiens ne peuvent se passer. Les cartes traditionnelles étant obsolètes dans maints pays, ces documents numériques modifient nos appréhensions de l’espace géographique et amplifient nos analyses multitemporelles des dynamiques spatiales. L’installation d’un front pionnier dans les basses terres mayas au Guatemala depuis 1987 est exemplaire : un trajet, une histoire récente de ces populations indigènes s’appropriant et métamorphosant une réserve forestière « vierge », ici en un système pastoral, là en un système agricole. Le traitement graduel ou combiné de onze images numériques décuple nos perceptions multiscalaires, pour réaliser des diagnostics environnementaux, identifier, visualiser et mesurer les bouleversements en cours et leurs impacts spatio-temporels, intégrant même la perception de conflits humains pour la Terre.