La galerie municipale du Château d’eau : à l’image de Jean Dieuzaide
2009
Léo MARTINEZ

Extrait de : "Genres et usages de la photographie (édition électronique)"
sous la direction de Bertrand Lavédrine ; 132e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
2009
p. 129-141
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Au début des années 1970, la photographie est délaissée par les institutions françaises. Des initiatives privées, souvent dues à des photographes provinciaux (Lucien Clergue en Arles ou Jean Dieuzaide à Toulouse), tentent de lui donner une place au sein de la création artistique.
En 1974, le photographe Jean Dieuzaide ouvre, à Toulouse, la galerie municipale du Château d’eau, un lieu dédié à la diffusion et à la collection de la photographie. Exposition après exposition, Jean Dieuzaide constitue un fonds qui est, aujourd’hui, la deuxième collection de photographies en France. Cette collection est sujette à controverse : elle est le reflet de la programmation de Jean Dieuzaide qui défendait une création photographique noir et blanc traditionnelle, héritée de la photographie humaniste francaise. La collection du Château d’eau est ainsi fortement marquée par la personnalité et des goûts de Jean Dieuzaide, et oublie une partie de la création photographique.
La valeur artistique et patrimoniale de cette collection peut donc être questionnée. Elle constitue néanmoins un des meilleurs exemples d’initiatives provinciales privées qui ont permis à la photographie de sortir de l’ombre, de toucher et d’éduquer un public. De plus, représentative du temps dans lequel elle a été constituée, elle est un outil majeur de réflexion pour ce qui regarde la constitution d’une collection de photographies.