L’image, reflet du monde au XIXe siècle
De la photographie à la carte postale - 2009
Annie CAZENAVE

Extrait de : "Genres et usages de la photographie (édition électronique)"
sous la direction de Bertrand Lavédrine ; 132e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
2009
p. 149-155
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Avec les débats de la photographie naît un regard nouveau sur le monde : désormais la chambre noire permet au photographe, souvent d’abord artiste peintre, de le reproduire, croit-il, à l’identique mais après avoir choisi ses sujets, monuments, vues ou personnages, pris alors par goût et devenus aujourd’hui documents. On essaiera d’analyser le phénomène de société en prenant pour exemple Léo Gadrat (1846-1906) fils d’un éditeur lithographe, et dont les clichés pris sous le Second Empire sont maintenant traités en témoignages iconographiques et pour partie conservés à l’UER de sciences naturelles de Toulouse. En 1870, la carte postale est inventée, et Léo Gadrat participe à son âge d’or. Celui-ci est favorisé à la fois par le perfectionnement de l’appareil permettant de réduire le temps de pose, permet des instantanés, par la modicité des tarifs postaux incitant à l’achat pour un usage familier, et par l’esprit inventif des éditeurs, qui proposent des vues touristiques, curieuses, pittoresques ou insolites : monuments disparus, fêtes, coutumes, cérémonies, costumes, recherchés par les collectionneurs, le sont aussi par les historiens qui y trouvent une vie absente de textes, la mentalité et la sensibilité d’une époque.