Le sauvetage et l’exploitation des treize mille cinq cents plaques de verre d’un photographe de presse
(Alcide Goupil, 1882-1965) - 2009
Daniel DESHAYES, Didier PAILLARD et Catherine MONTAIGNE

Extrait de : "Genres et usages de la photographie (édition électronique)"
sous la direction de Bertrand Lavédrine ; 132e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
2009
p. 157-170
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Pendant plus d’un demi-siècle, la silhouette familière d’Alcide Goupil (1882-1965) a arpenté les rues de Lisieux, lunettes sur le front, canne à la main ou penché sur le guidon de son légendaire Solex. Le reporter attitré du journal Le Lexovien a fixé sur plaques de verre les mille et un événements de la vie locale, petits et grands, tristes ou gais. Malgré la disparition des clichés antérieurs à 1944, il a laissé environ treize mille cinq cents plaques prises entre 1945 et 1962, sauvées de la destruction par la Société historique de Lisieux en 2002. La Direction des Archives du Calvados les numérise et les inventorie pour assurer la conservation et la communication de ces documents aussi passionnants que fragiles. L’exploitation de ce fonds photographique, effectué en collaboration avec la Société historique de Lisieux, a débouché, pour les mille trois cents premières plaques traitées, sur la réalisation d’expositions et d’un ouvrage.