La marine du Temple dans l'Orient des croisades
2009
Pierre-Vincent Claverie

Extrait de : "Les Ordres militaires et la mer (édition électronique)"
sous la direction de Michel Balard ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005
2009
p. 47-60
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Cette communication est l'émanation d'une thèse de doctorat sur le destin oriental du Temple soutenue au mois de juin 2004 à l'université de Paris I. Sa problématique tourne autour des rapports entretenus par les templiers avec la mer dans les colonies franques de Syrie aux XIIe et XIIIe siècles. Aussi les sources envisagées associent-elles le témoignage de minutiers italiens à celui de chroniques levantines et de comptes rendus de fouilles. La localisation de nombreuses commanderies en bord de mer, comme à Lattaquié, Tripoli ou Tyr, plaide en faveur d'une organisation ancienne de l'ordre selon un principe appliqué en Occident dans la seconde moitié du XIIe siècle. Cela n'est toutefois qu'au XIIIe siècle que le Temple se dote d'une flotte de guerre à l'occasion des Ve et VIe croisades, qui le voient superviser des opérations logistiques dans le delta du Nil. L'ordre atteint sa pleine maturité sous Guillaume de Beaujeu († 1291), en ravitaillant l'Orient latin à partir de la Sicile et de la Catalogne tout en lançant des opérations combinées sur le littoral syrien. La question se pose de savoir si le Temple se dota durant ces années d'une organisation comparable à celle de l'Hôpital et si ses membres avaient le pied marin malgré leur inexpérience initiale.