Hospitaliers catalans en Méditerranée au cours du XVe siècle
2009
Pierre Bonneaud

Extrait de : "Les Ordres militaires et la mer (édition électronique)"
sous la direction de Michel Balard ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005
2009
p. 93-102
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Tout au long du XVe siècle, un grand nombre d'hospitaliers catalans se trouvèrent éloignés de façon durable de leur commanderie et du territoire de leur prieuré. En Méditerranée orientale, à Rhodes, où deux maîtres catalans, Antoni de Fluvià et Pere Ramon Sacosta, dirigèrent pendant plus de vingt ans le gouvernement de l'ordre, ils participèrent à la défense de l'île de plus en plus menacée par les Mamelouks et les Ottomans, notamment en assurant sur mer la garde de l'archipel et même en se livrant à la course. D'autres, en Méditerranée occidentale, prirent part, aux côtés du roi d'Aragon, Alphonse V le Magnanime, à la longue conquête du royaume de Naples, souvent en tant que patrons ou capitaines de leurs propres galères.
Outre la description et l'appréciation quantitative de ces situations, nous nous proposons de mettre l'accent sur le contexte particulier de cette époque, celui d'une forte expansion commerciale et politique catalane en Méditerranée, et sur plusieurs raisons fondamentales qui rendirent possible cette mobilité des chevaliers de l'ordre : la modification des systèmes de gestion des commanderies, les mesures prises par l'ordre pour imposer aux frères de longs séjours à Rhodes et l'intervention de plus en plus forte de la monarchie aragonaise pour s'attacher le concours de commandeurs fidèles, voire pour contrôler les affaires des prieurés, au prix de conflits avec les maîtres de l'Hôpital.
Nos sources proviennent principalement des archives de la couronne d'Aragon, à Barcelone, et de la Bibliothèque nationale de Malte.