Domestications et perceptions du temps dans une perspective ethno-écologique
2009
Thomas K. SCHIPPERS

Extrait de : "Temps en partage (édition électronique)"
sous la direction de Joël Candau ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004
Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 41-46
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Cette communication propose d'évoquer quelques éléments issus des recherches ethnologiques sur le temps, en faisant notamment appel aux cadres conceptuels développés par les ethnosciences - ethnobotanique et ethnozoologie - pour tenter de saisir cet « absent omniprésent » de toute société qu'est le temps. À partir d'une modélisation des interactions entre d'une part les facteurs anthropiques et d'autre part des facteurs biotiques et abiotiques, de questionner les modalités de la domestication du temps dans un géosystème donné. On montrera comment des concepts et des notions développés par l'approche géosystémique peuvent s'articuler, dans l'étude de la dimension temporelle, avec ceux élaborés par les ethnosciences (études ethnologiques de systèmes domesticatoires).
La communication tente de mettre en évidence les causalités circulaires à l'œuvre entre des perceptions socialement différenciées du temps et les modes d'interaction avec l'environnement. L'analyse du cycle annuel offre en effet un « objet d'étude » très intéressant pour mettre en évidence à travers des processus de domestication du temps, des mécanismes plus généraux des relations sociétés-environnement.
Au-delà d'exemples concrets, la communication se voudra une interrogation, à partir d'un point de vue ethnologique sur le temps, sur des outils heuristiques interdisciplinaires nécessaires pour saisir non seulement le « temps des savants » mais également les « temps concrets et opératoires » que des groupes particuliers construisent et utilisent dans leurs interactions avec leur environnement immédiat.