Un temps à part. La parenthèse temporelle des expéditions en Himalaya
2009
Éric BOUTROY

Extrait de : "Temps en partage (édition électronique)"
sous la direction de Joël Candau ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004
Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 69-80
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Si le temps moderne (continu, orienté et objectivé par la mesure) tisse la trame des rythmes quotidiens, il est bien des situations sociales qui viennent gripper son emploi ordinaire. L'analyse du rapport au temps vécu par les alpinistes en Himalaya peut illustrer la variabilité sociale et culturelle des représentations et usages temporels. Sans supposer une conceptualisation inédite du temps, l'idée d'une temporalité expéditionnaire suggère une rupture (voire un renversement) avec les repères routiniers. Au bris des référents que suppose le voyage s'ajoutent tous les effets d'une expérience du huis clos en milieu sauvage : effacement de l'horaire abstrait au profit de rythmes naturels, comptabilisation inédite, ralentissement dû à l'altitude, importance des temps morts, etc. Par ses propriétés singulières, ce temps suspendu recherché par les alpinistes dessine en creux les traits saillants du temps quotidien.