Permanence du temps indigène à l'époque coloniale (Mexique, XVIe siècle)
2009
Éric ROULET

Extrait de : "Temps en partage (édition électronique)"
sous la direction de Joël Candau ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004
Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 119-130
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La colonisation du Mexique au XVIe siècle comporte de nombreux aspects, notamment l'évangélisation des Indiens et leur intégration dans l'Église catholique. Cela passe par le remplacement de leur compte des années par le calendrier chrétien. Les religieux ont d'ailleurs fait du respect du temps chrétien (dimanche, jours de jeunes, fêtes religieuses) un des axes de leur entreprise missionnaire. Cependant, les archives et notamment celles de l'inquisition apostolique, qui reposent à l'Archivo general de la nación de Mexico, nous montrent que les Indiens poursuivent l'usage de leur ancien calendrier en de nombreux endroits. Ils recourent à leur calendrier divinatoire ancien, et pratiquent de nombreuses fêtes précolombiennes. Parfois, les traditions chrétienne et indienne se superposent. On l'observe notamment dans le choix des noms de baptême, en général tirés du calendrier. Le XVIe siècle est une époque de passage d'un monde indien à un monde hispanique.