Les temps de la collection. Les temps imaginés et vécus dans le collectionnisme poitevin - XIXe-XXe siècles
2009
Jean-Jacques LUCAS

Extrait de : "Temps en partage (édition électronique)"
sous la direction de Joël Candau ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004
Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 143-154
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le collectionnisme poitevin d'œuvres d'art depuis le milieu du XIXe siècle, lisible tout au long de cette période au travers des expositions régionales, des dons et legs aux musées locaux, inscrit ici des valeurs de repère.
Les catalogues, la presse locale, les sources testamentaires montrent l'enchâssement de plusieurs temps. L'objet pouvant prétendre à une durée que le corps n'atteindra pas, la collection le présente à une admiration durable. Elle est monument marquant le réinvestissement de son assembleur par la fonction ligamentaire avec son territoire généalogique. La translation dans la collection publique garantit à perpétuité le dépassement de soi et la pérennisation d'un modèle social fondateur et édifiant.
La nature des collections, issues aussi de l'archéologie, des arts décoratifs, questionne sur les valeurs identitaires et les systèmes de référence du monde poitevin entre 1870 et 1953. Les pièces, œuvres d'art ou non, circonscrivent des contours spatio-temporels, imaginés ou vécus.