La pharmacie civile et urbaine au XVIIIe siècle Étude comparative (France-Canada)
2010
Stéphanie TÉSIO

Extrait de : "Échanges scientifiques et techniques, d'une rive atlantique à l'autre (édition électronique)"
sous la direction de Gérard Pajonk ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Alain COUTELLE, Mélanie DESMEULES, Nicolas HATZFELD, Stéphanie TESIO, Pierre DEMERS, Ginette GABLOT, Laurence MACHET, Jean-Christophe FICHOU, Dominique GUILLE, Michèle VIROL, Jocelyne PELLERIN, Jean-Claude AMIARD, Yves-François LE COADIC
2010
p. 62-71
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En colonisant le Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles, la France implante des institutions. Cette communication a pour objectif de faire état des résultats de la thèse terminée portant sur l'introduction de l'une de ces institutions françaises : la pharmacie, à travers les exemples de deux régions liées historiquement par le mouvement migratoire, la Basse-Normandie et le Canada. Dans ce contexte de rapport métropole-colonie, il s'agit de comprendre le passage du modèle pharmaceutique entre un pays vieux et un pays jeune qui vit dans un contexte nord-américain. Trois axes directeurs sont retenus : l'organisation professionnelle ; puis, la pratique thérapeutique ; enfin le niveau social et économique. Ces trois points essentiels mettent en exergue que le Canada, par rapport à la France, garde des éléments typiques de la pharmacie et crée sa propre originalité sur d'autres aspects.