Un exemple d'échanges de part et d'autre de l'Atlantique : la Lunar Society et Benjamin Franklin
2010
Laurence MACHET

Extrait de : "Échanges scientifiques et techniques, d'une rive atlantique à l'autre (édition électronique)"
sous la direction de Gérard Pajonk ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Alain COUTELLE, Mélanie DESMEULES, Nicolas HATZFELD, Stéphanie TESIO, Pierre DEMERS, Ginette GABLOT, Laurence MACHET, Jean-Christophe FICHOU, Dominique GUILLE, Michèle VIROL, Jocelyne PELLERIN, Jean-Claude AMIARD, Yves-François LE COADIC
2010
p. 108-116
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Cet article se propose d'examiner les liens informels et amicaux qui s'établirent à la fin du XVIIIe siècle entre certains membres de sociétés britanniques de diffusion de la connaissance, telles la Lunar Society de Birmingham, et des personnalités américaines éminentes comme Benjamin Franklin. Sur le plan scientifique, nous évaluerons quelle put être l'influence de ce dernier sur son collègue britannique Joseph Priestley avant de nous intéresser à l'importance qu'eurent ces échanges dans le développement et la diffusion d'idéologies progressistes. La guerre d'indépendance américaine ainsi que la lutte contre le commerce des esclaves et contre l'esclavagisme lui-même seront ainsi plus particulièrement examinées.