Les ingénieurs du roi et la Nouvelle-France Transferts techniques et aménagement
2010
Michèle VIROL

Extrait de : "Échanges scientifiques et techniques, d'une rive atlantique à l'autre (édition électronique)"
sous la direction de Gérard Pajonk ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Alain COUTELLE, Mélanie DESMEULES, Nicolas HATZFELD, Stéphanie TESIO, Pierre DEMERS, Ginette GABLOT, Laurence MACHET, Jean-Christophe FICHOU, Dominique GUILLE, Michèle VIROL, Jocelyne PELLERIN, Jean-Claude AMIARD, Yves-François LE COADIC
2010
p. 147-164
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La politique guerrière de Louis XIV a favorisé en France la création d'un corps d'ingénieurs militaires. Certains d'entre eux, envoyés en Nouvelle France, lèvent des cartes, travaillent aux dessins et réalisations des fortifications, des bâtiments civils ou des travaux hydrauliques. Le commissaire général des fortifications, Sébastien Le Prestre de Vauban, contraint de rester en France mais passionné de ces terres auxquelles il prédit un grand avenir, veille jalousement au choix de ces ingénieurs et supervise leurs réalisations, contribuant très largement à la diffusion des techniques en matière de construction, mais aussi d'aménagement économique et d'organisation administrative. Ce passeur entre deux mondes a parfaitement compris l'enjeu du développement du Canada français menacé par les colonies anglaises, comme l'indique son mémoire adressé à Jérôme de Maurepas, secrétaire d'État à la marine : « Moyens de rétablir nos colonies d'Amérique et de les accroître en peu de temps ».