Les artisans de la pierre dans le monde grec archaïque : rôles, conditions et statuts
2011
Philippe JOCKEY

Extrait de : "Les travailleurs dans l'Antiquité : statuts et conditions (édition électronique)"
sous la direction de Jean-Paul Morel ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Jean-Paul MOREL, Catherine CHADEFAUD, Philippe JOCKEY, Arthur MULLER, Marion MULLER-DUFEU, Gilles SAURON, Marcus KOHL, Yann LE BOHEC, Fabienne OLMER, Michel CHRISTOL, Jean-Paul PETIT, Pascale CHARDRON-PICAULT†, François BARATTE, Roger HANOUNE, Chantal VOGLER

2011
p. 22-45
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
L'artisanat de la pierre en Grèce ancienne - catégorie qui englobe taille de la pierre et sculpture - constitue un champ d'étude privilégié pour qui s'intéresse au(x) statut(s) des travailleurs de l'Antiquité.
La question du ou plutôt des statuts - réels, rêvés, voire mis en image - comme de leur évolution des artisans de la pierre en Grèce ancienne, se pose dans les trois termes suivants : une excellence technique affirmée et revendiquée dès l'époque archaïque, dont témoigne une collection exceptionnelle de signatures d'artisans qui tranche d'emblée avec l'idée trop rapidement reçue d'un artisan héros secret de l'histoire grecque ; une adaptation constante, en second lieu, à des commanditaires divers (sanctuaires, cités, souverains, simples particuliers) dont les profils et les exigences parfois très contraignantes ont varié dans le temps ; une condamnation idéologique, enfin - mais de quelle réelle portée pratique? - de la poièsis, de la sphère de la production par les philosophes classiques.
C'est bien dans ce cadre que s’insère l'analyse des relations dialectiques qu'entretiennent productions, statuts et savoir-faire dans le monde grec dans la longue durée (viie siècle avant J.-C. – iie siècle de notre ère), une analyse enrichie de la confrontation des sources textuelles, tant épigraphiques que « littéraires », des sources matérielles et des sources iconographiques. Elle seule est susceptible de faire apparaître continuités mais aussi ruptures, voire retours en arrière éventuels, comme d'apprécier la marge effective de liberté - technique, et par conséquent sociale - dont a pu réellement jouir l'artisan de la pierre dans le monde grec au fil des siècles.