Les soldats comme producteurs sous le Haut-Empire romain
2011
Yann LE BOHEC

Extrait de : "Les travailleurs dans l'Antiquité : statuts et conditions (édition électronique)"
sous la direction de Jean-Paul Morel ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Jean-Paul MOREL, Catherine CHADEFAUD, Philippe JOCKEY, Arthur MULLER, Marion MULLER-DUFEU, Gilles SAURON, Marcus KOHL, Yann LE BOHEC, Fabienne OLMER, Michel CHRISTOL, Jean-Paul PETIT, Pascale CHARDRON-PICAULT†, François BARATTE, Roger HANOUNE, Chantal VOGLER

2011
p. 99-112
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Les soldats de l’armée romaine sont souvent considérés comme des producteurs. En réalité, s’ils moissonnaient un peu de blé et coupaient du foin, le plus souvent ils recouraient à l’achat en pays ami et au pillage en pays ennemi pour se nourrir et pour alimenter les animaux dont ils avaient besoin. Dans les mines et carrières où leur présence est également bien attestée, ils surveillaient les ouvriers sans intervenir eux-mêmes en règle normale. Dans les ateliers des camps (fabricae), ils entretenaient les armes plus qu’ils ne les fabriquaient. Finalement, c’est dans l’élaboration de tuiles et de briques qu’ils travaillaient le plus. Les soldats n’étaient donc pas normalement des producteurs ; leur métier était de faire la guerre ou de la préparer, pas de concurrencer les civils.