Les paradoxes d'une profession dans le monde romain : l'orfèvre, artisan ou artiste ?
2011
François BARATTE

Extrait de : "Les travailleurs dans l'Antiquité : statuts et conditions (édition électronique)"
sous la direction de Jean-Paul Morel ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Jean-Paul MOREL, Catherine CHADEFAUD, Philippe JOCKEY, Arthur MULLER, Marion MULLER-DUFEU, Gilles SAURON, Marcus KOHL, Yann LE BOHEC, Fabienne OLMER, Michel CHRISTOL, Jean-Paul PETIT, Pascale CHARDRON-PICAULT†, François BARATTE, Roger HANOUNE, Chantal VOGLER

2011
p. 173-181
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
La vaisselle d’argent a connu à l’époque romaine un succès remarquable, que manifestent à la fois des objets nombreux et d’une grande qualité, et maintes allusions dans les textes littéraires ou juridiques. Il n’en est que plus étonnant d’observer que les orfèvres ne paraissent guère avoir joui d’une considération particulière. Si leur travail est souvent estimé, ils n’en restent pas moins des artisans plutôt que des artistes.