« Les Mères en colère » de l'industrie nucléaire
2010
Philippe Brunet

Extrait de : "Les Femmes, supports de la tradition ou actrices de l'innovation ? (édition électronique) "
sous la direction de Nicole Lemaitre, introduction par Isabelle Brian et Nicole Lemaitre ; 131e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006

Paris, Éd. du CTHS
2010
p. 129-142
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Cette communication s’appuie sur le cas du collectif Les Mères en colère qui se crée dans la presqu’île du Cotentin en 1997 suite aux résultats d’une étude épidémiologique montrant un excès de leucémies chez les enfants de la région pouvant être imputable à l’usine COGEMA de la Hague. On cherche à comprendre la présence pérenne de cette forme associative qui tente d’instituer un nouveau rapport entre technoscience et société dans le champ conflictuel de l’industrie nucléaire.
Dans un premier temps, trois notions sont mobilisées pour expliciter le propos : celle de concernement, celle de milieu et celle de comportement privilégié. Ensuite, après avoir présenté les éléments socio-historiques de la situation, on saisit les modalités spécifiques de mobilisation et de fonctionnement de ce collectif. Enfin, on met en évidence comment ce collectif dessine une place critique renouvelée dans un milieu relativement clos par une mise en rapport entre un affichage traditionnel de protection et de sauvegarde intergénérationnelle à travers l’image symbolique de la mère et l’expérimentation de formes sociales innovantes de la relation entre science et la société.