Jeunes filles en concours. Comparaisons autour de reines d'Arles (1930-2005)
2010
Danièle Dossetto

Extrait de : "Les Femmes, supports de la tradition ou actrices de l'innovation ? (édition électronique) "
sous la direction de Nicole Lemaitre, introduction par Isabelle Brian et Nicole Lemaitre ; 131e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006

Paris, Éd. du CTHS
2010
p. 145-160
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Figure dépendante du vêtement local, la reine d’Arles se présente d’emblée comme un « support de la tradition ». Pourtant, son histoire de quelques décennies s’inscrit sur un fond de changements radicaux dans la condition féminine. Cela invite à rechercher quels profils de jeune fille se dessinent et se retouchent au fil du temps. À partir d’une documentation originale et de deux pôles majeurs (1930-1947 et 2005), l’exposé envisage tour à tour les critères de candidature, le contenu du concours, quelques comportements d’élues en situation et les motivations des concurrentes. La comparaison aide à cerner le personnage, comparaison avec une autre figure du localisme méridional (la reine du félibrige) et surtout, grâce à des travaux de tiers, avec d’autres jeunes filles issues de concours : les rosières et les miss. Le fait local prend ainsi une dimension générale.