Être migrant et Haïtien en Guyane
2011
Maud Laëthier
Préface de Marie-José Jolivet
ISBN : 978-2-7355-0734-4
320 p., 16 x 24 cm, ill., br.
Collection : Le regard de l'ethnologue
N° dans la collection : 26
Code Sodis : F307860
commander l'ouvrage [prix : 26,00 €]
En Guyane, les Haïtiens constituent désormais l’un des groupes migrants les plus nombreux. Ils sont ici venus « chercher la vie » dans une société guyanaise marquée depuis plusieurs décennies par d’importants bouleversements démographiques et sociaux. Cet ouvrage interroge la migration haïtienne dans les processus d’ethnicisation et de créolisation spécifiques au contexte guyanais. Il plonge au plus près du vécu des migrants en mettant au jour les différentes constructions identitaires qui se déclinent à un double niveau : au sein du groupe d’appartenance, vis-à-vis des compatriotes, ces « autres mêmes », et avec les membres d’autres groupes, saisis comme étant des « autres différents ».
Éclairée par une analyse des différentes étapes de la migration, l’étude invite le lecteur dans les espaces habités, elle l’introduit dans les assemblées protestantes et les associations « culturelles », elle le mène vers les pratiques vodou.
Table des matières au format PDF.
Comptes rendus parus dans la presse :
Ethnologie française
02/10/2012 - Marianne Palisse
Compte rendu
Extraits du compte rendu paru dans Ethnologie française, XLII, 2012, 3

"Outre son apport sur la question migratoire, ce livre interroge le multiculturalisme guyanais, comme le souligne Marie-José Jolivet dans sa préface. La démarche ne manque pas d'intérêt car elle éclaire le rôle de l'interculturalité dans les constructions identitaires et montre à quel point, pour les Haïtiens comme pour les autres, le "nous" ne va pas de soi."

Cahiers des Amériques latines
15/01/2013 - Dimitri Béchacq
Extrait du compte rendu :

Cet ouvrage restitue ? partir d’une expérience ethnographique dense, interrogée par une réflexion anthropologique rigoureuse, une réalité peu étudiée : la migration ha?tienne en Guyane.
(...)

Ce n’est pas la dichotomie opposant un « eux » et un « nous » ni les invariants fondant l’appartenance au groupe qui intéressent l’auteur tout au long de son ouvrage, mais bien les situations de rencontres et d’entre-deux jusqu’aux positions et discours, parfois ambivalents, qui renseignent sur le sens et l’efficience des configurations identitaires ha?tiennes dans le contexte guyanais. Maud La?thier interpr?te ces situations ? travers trois formes d’appartenance qui sont pensées dans leurs relations par les fa?ons dont les acteurs y circulent, s’y investissent ou s’en détachent en fonction de leurs expériences, des échanges au sein du groupe des migrants, de leurs rapports avec le pays d’origine et avec la société guyanaise. Son objectif est d’analyser ces appartenances de mani?re ? rendre compte de l’éventail des possibles en termes d’identifications individuelles et collectives, en pla?ant toujours au centre du jeu identitaire les acteurs qui « assument une altérité (“?tre l’autre”), op?rent des transactions (“?tre un autre semblable”), ou établissent des compromis (“?tre un autre authentique”) » [p. 22]. Le plan de l’ouvrage (...), en huit chapitres, dévoile progressivement les stratégies et les positionnements des migrants haïtiens, du rejet dont ils sont victimes et des situations de précarité qu’ils vivent, jusqu’à leur possible intégration révélée par les relations qu’ils nouent, notamment, avec des Créoles guyanais.
(...)
La richesse des matériaux rassemblés et la rigueur analytique déployées par Maud Laëthier pour appréhender ces configurations, les registres qu’elles mobilisent, la pluralité de sens qu’elles véhiculent et la polysémie des relations qu’elles donnent à voir, représentent une contribution importante à la connaissance de la situation migratoire haïtienne dans ce territoire français.

Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI)
02/04/2014 - Maurice Edenz
Extrait du compte-rendu paru dans le dernier numéro de la Revue Européenne des Migrations Internationales (Vol. 29 n° 4 – 2013) :

"Au total, Être migrant et Haïtien en Guyane est un ouvrage novateur dans le domaine des migrations, en ce qu’il met en lumière un double mouvement, trop souvent perçu comme contradictoire. D’une part la situation migratoire des Haïtiens conduit à un fort mouvement de communautarisme dans le contexte guyanais, d’autre part ce communautarisme, loin de provoquer un repli sur soi, peut être une ressource dans les efforts des migrants pour devenir membre de la société guyanaise, horizon d’attente de la grande majorité des migrants1. De ce point de vue, cet ouvrage nous invite notamment à poursuivre la réflexion sur la notion de multiculturalisme au sein de la république."