Du voyage de formation à la formation au voyage
2010
Thierry Sauzeau

Extrait de : "Le voyage, un principe de formation (édition électronique)"
Sous la direction de Hélène Say ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005
Thierry Sauzeau, Jean Hiernard et Pascal Rambeaud, Pierre Sèrié, Philippe Marchand, Michel Mieussens, Pierre Moulinier, Jean Saint-Martin, Denis Jallat, Reine-Claude Grondin

Éditions du CTHS
2010
p. 10-20
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

De 1760 à 1860, la côte charentaise est demeurée un vivier de gens de mer. Pour ces marins citadins mais aussi ruraux, les portes de l’outre mer pouvaient être La Rochelle ou Rochefort. Tour à tour ouverts, fermés ou mi-clos, ces passages vers de lointains horizons ont permis aux générations successives de s’amariner. Avant et après la Révolution, les hommes se sont formés grâce au voyage, à la fois instrument et objet de leur apprentissage. Se rendre à la ville voisine, s’embarquer, voguer vers le grand large avant de rentrer pour préparer le voyage suivant, telles étaient les étapes logiques de l’apprentissage. Conservées au Service Historique de la Marine de Rochefort, les collections de rôles d’équipages de Rochefort et La Rochelle rendent plus lisibles les logiques à l’œuvre dans la préparation et l’exécution du voyage de formation. Ces documents permettent d’envisager les mutations survenues entre un Ancien Régime dédié à l’économie sucrière et la reconstruction de l’économie atlantique au xixe siècle.