L’explorateur ou l’homme-miroir : du global au régional à travers l’exemple du Limousin
2010
Reine-Claude Grondin

Extrait de : "Le voyage, un principe de formation (édition électronique)"
Sous la direction de Hélène Say ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005
Thierry Sauzeau, Jean Hiernard et Pascal Rambeaud, Pierre Sèrié, Philippe Marchand, Michel Mieussens, Pierre Moulinier, Jean Saint-Martin, Denis Jallat, Reine-Claude Grondin

Éditions du CTHS
2010
p. 113-122
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L’explorateur, du fait des conditions dans lesquelles son entreprise a pu être financée, est contraint de devenir un personnage littéraire et médiatique qui en fait un « montreur d’idéal ». Mais, plus que l’engouement pour le légendaire colonial, le regard porté sur l’explorateur est celui qu’une société porte sur elle même. Cependant, selon la focalisation, nationale ou régionale, la figure de l’explorateur change de sens. Vu du Centre, l’explorateur est porteur de modernité ; vu de la périphérie, le Limousin, l’explorateur témoigne de la pérennité des traditions locales et de l’excellence des enfants du Pays. La figure de l’explorateur est donc prise dans un jeu de miroirs où s’entremêlent le global et le régional.