Images partisanes du passé national dans les ouvrages populaires diffusées, de 1814 à 1914, à l’école et au foyer familial
2010
Christian Amalvi

Extrait de : "Images militantes, images de propagande (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
Éd. du CTHS
2010
p. 73-88
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

À partir d’un corpus d’environ trois cent images, constitué pour l’essentiel de frontispices et de couvertures illustrées d’ouvrages de vulgarisation – livres de lecture et de prix, confessionnels et laïques –, j’ai tenté de répondre à la question suivante : les représentations iconographiques populaires du passé national diffusées à l’école et au foyer familial entre 1814 et 1914 ont-elles contribué à atténuer le grand combat entre thuriféraires et procureurs de la Révolution française, dévots de Marianne et enfants de Marie, ou, au contraire, ont-elles stimulé ces affrontements de mémoire ? Jusqu’en 1940, les illustrations catholiques ont pour mission première de réhabiliter l’Ancien Régime monarchique et ecclésiastique et de flétrir l’œuvre sacrilège et criminelle d’une Révolution d’essence satanique. En contrepoint, les images laïques noircissent à l’envi, à partir de 1880, le bilan du Moyen Âge et des Temps modernes afin de mieux légitimer la rupture salvatrice de 1789. C’est seulement avec la IVe République, et surtout la Ve République qu’une représentation plus consensuelle de l’histoire de France s’impose dans la société.