La Confédération générale des petites et moyennes entreprises, CGPME, se met en scène
2010
Sylvie Guillaume

Extrait de : "Images militantes, images de propagande (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
Éd. du CTHS
2010
p. 119-124
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La CGPME, créée par Léon Gingembre en 1944, avant même la naissance du CNPF en 1946, s’est attachée à construire une identité PME, solidaire des classes moyennes indépendantes et distincte du grand patronat. Ce n’est qu’à la fin des années 1980 que l’image des petites et moyennes entreprises dans la nation française et auprès des pouvoirs publics devient positive. On découvre alors que la PME peut être créatrice d’emplois alors que des pans entiers de la grande entreprise s’effondrent.
Par-delà les réalités économiques, l’image des PME est très largement construite par les responsables de la CGPME. Les débuts sont modestes, avec la publication du journal, La Volonté. Puis vient le temps des brochures en papier glacé, alors que La Volonté prend de la couleur et du poids. Enfin, à partir des années 1980, la CGPME a une politique de communication digne de ce nom, largement orchestrée autour des assemblées générales annuelles et des manifestations ponctuelles comme « Planète PME » ou Le Tour de France des 35 heures. Vidéocassettes et DVD envahissent ainsi le champ promotionnel des petits patrons.