Cinéma de propagande et propagande dans le cinéma
2010
François Amy de la Bretèque

Extrait de : "Images militantes, images de propagande (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
Éd. du CTHS
2010
p. 161-170
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le cinéma, en raison de sa lourdeur technique et des relations complexes de son industrie avec les milieux du pouvoir, a beaucoup été soupçonné d’être au service de la politique et de l’idéologie dominante dans les pays développés au long du XXe siècle. Il y a là un débat dans le champ historiographique, où s’affirment des positions bien tranchées. Les ouvrages récents de Shlomo Sand et de Jean-Michel Frodon nous servent à le poser. Celui-ci est toujours obscurci par la confusion que l’on maintient entre l’intenté et le réalisé, entre les propos des créateurs et le discours interne aux films. Or, c’est à ce dernier qu’il convient de s’intéresser exclusivement. On prend cinq exemples de films réputés « de propagande » des années 1930. Une étude fine oblige à mesurer que, entre propagande directe, propagande sournoise et échappées hors des contraintes de la commande sociale, il y a des espaces au sein même de chaque film.