« Le génie civilisateur du catholicisme », quinze « tableaux historiques » d’A.-D. Magaud pour le Cercle religieux de Marseille (1856-1864)
2010
Régis Bertrand

Extrait de : "Images militantes, images de propagande (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
Éd. du CTHS
2010
p. 219-234
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les quinze toiles (et un décor plafonnant aujourd’hui disparu) du « génie civilisateur du catholicisme » ont été considérées comme l’œuvre majeure d’Antoine-Dominique Magaud (1817-1899), peintre le plus en vue de Marseille sous le Second Empire. Les promoteurs de ce cycle, les membres du Cercle religieux animé par les jésuites, semblent avoir d’emblée perçu que la signification de ces œuvres n’était pas immédiatement compréhensible au spectateur. Ils publièrent tour à tour un livret-indicateur destiné aux visiteurs de leur galerie puis deux versions successives d’un album reproduisant l’œuvre de Magaud, accompagnées de commentaires explicatifs.
Ces écrits identifient avec précision les sujets de chaque tableau. Ils explicitent le projet ambitieux qui sous-tend l’ensemble, en écho au concept apologétique de « civilisation chrétienne » du temps et qui donne leur cohérence au choix thématique et chronologique des scènes et à la place précise de chaque tableau dans un espace aujourd’hui disparu. Cet éloge appuyé du rôle multiforme de la religion en Occident, des temps paléochrétiens à l’orée du XIXe siècle, servi par un talent académique, est cependant resté quasiment ignoré.