Les représentations de Marianne combattante de 1871 à nos jours
2010
Louis Bergès

Extrait de : "Images militantes, images de propagande (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
Éd. du CTHS
2010
p. 235-247
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En partant des origines allégoriques de la déesse nourricière et de ses premières représentations de Delacroix, Daumier et Millet, il est proposé de revisiter les images et symboles de la République française dans une posture relativement connue : Marianne guerrière, Marianne émancipée au service de l’idéologie de la défense nationale au moment de la guerre contre la Prusse de 1870-1871, puis pendant la IIIe République, à la Libération, sous la Ve jusqu’aux événements récents.
La nouveauté de la communication résidera dans l’examen jusqu’alors peu étudié du lien entre la représentation féminine et la représentation de la guerre, qu’elle soit nationale, populaire et même sociale. En s’appuyant sur les analyses fondamentales de Maurice Agulhon, il est possible de dégager en effet une posture nouvelle, éloignée du seul discours politique, rattachée aux thèmes récurrents de la guerre et de la place de la femme dans la société française depuis le XIXe siècle.
Une série de gravures et de photographies sera l’outil naturel de cette étude depuis la Commune : Cabet (Dijon) 1875, Pinelli Marseillaise 1880, Willette 1889-1917, Steinlen 1895-1908, Grandjouan 1906, Moreau-Vauthier au mur des fédérés Paris 1909, les Emprunts 1918-1920, Marianne du Front populaire 1938, MLN 1945, Emprunt 1945, les bustes des mairies, jusqu’aux imitations contemporaines de la Liberté guidant le Peuple.