L’image de la femme émancipée au filtre de la revue Jugend
2010
Laurence Danguy

Extrait de : "Images militantes, images de propagande (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
Éd. du CTHS
2010
p. 289-304
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La revue Jugend offre au cours de sa première décennie d’existence (1896-1905) un spectre particulièrement large de représentations de la femme. Son apparente hétérogénéité déroute. Alors que la femme émancipée paraît aisément identifiable dans cet éventail et reprendre une ligne éditoriale épousant les combats féministes, une observation plus fine laisse apparaître qu’elle se conforme non seulement à un type très cadré mais qu’elle répond au statut d’un motif idéologiquement chargé, allégorisé par la revue pour son bénéfice propre. Une focale sur la femme au travail ouvre en outre une image en creux, où de rares apparitions jouent le rôle de contre-valeur sexuelle et morale. L’image de la femme dans Jugend s’appuie au tournant du XXe siècle sur les trois archétypes hantant le XIXe siècle, de madone, de muse et de séductrice. Dans ce miroir « éclairé » de l’Allemagne de Guillaume II, primat est donné à celui de madone gardant toujours valeur de référence.