Le phénomène migratoire et les diverses particularités des voyages chez les insectes (à paraître)
2010
Remi Coutin

Extrait de : "Plantes et animaux voyageurs (édition électronique)"
sous la direction de Marie-Françoise Diot ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Rémi Coutin, Jean-Loup d’Hondt, Patrick Geistoerfer, Sylvie Friedman, Jean Laporte-Cru et Jean Claude Aniosbehere, Sophie Miquel et Nicolle Maguet, Michel et Véronique Guignard, Bruno de Foucault et Jean-René Wattez, Magali Chacornac-Ruault et Anne-Marie Semah, Carmen Scarlat et Célie Signorini, Brigitte Naviner

Paris, Éditions du CTHS
2010
p. 7-11
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le phénomène migratoire, particulièrement bien décrit chez de nombreux vertébrés, affecte aussi d’autres animaux, divers insectes en particulier. Citons parmi les cas les plus connus plusieurs espèces de criquets, diverses libellules, certaines punaises, de nombreux pucerons, des papillons dont le célèbre Monarque du Canada, des vanesses, des noctuelles, des coléoptères comme certaines coccinelles. Ce phénomène si particulier qu’est la migration concerne toujours l’ensemble des individus d’une espèce au même moment. Quelques mois plus tard, après le retour dans la région d’origine, la reproduction a lieu et donc l’accroissement numérique des populations.
On constate chez les insectes une grande diversité des modalités du phénomène migratoire. Car, pour certaines espèces, il arrive, qu’au retour de la migration, seuls reviennent les descendants, nés hors du pays d’origine de leurs parents. Ces diverses situations et les modalités du déroulement des phénomènes migratoires chez les invertébrés sont donc évoquées à propos d’exemples précis. Enfin, il faut éviter de confondre migration et envahissement d’une région à la suite d’une introduction volontaire ou accidentelle d’une espèce animale dans une aire géographique où elle était auparavant absente.