Missionnaires de la République (épuisé)
Les représentants du peuple en mission (1793-1795) - 2002
Michel Biard
Jean-Clément Martin, préf.
ISBN : 978-2-7355-0516-6
624 p., 15 x 22 cm
Collection : CTHS Histoire
N° dans la collection : 8
Code Sodis : F30469.6
Au printemps de 1793, la Convention choisit d’envoyer des hommes en mission auprès des armées et dans l’ensemble des départements de la République. Jouant un rôle majeur dans les rouages de la Terreur, ces représentants du peuple ont été actifs jusqu’à l’automne de 1795, bien après la mort de Robespierre. S’appuyant sur les nombreuses correspondances qu’ils laissèrent, le présent ouvrage propose une relecture de leur identité et de leur action. Loin de se comporter en simples « agents » du pouvoir central, les missionnaires de la République ont su s’imposer comme de précieux intermédiaires entre Paris et les départements. Cette étude souhaite ainsi contribuer à une réflexion sur le pouvoir en Révolution et rendre à ces hommes leur véritable rôle, que celui-ci soit fait d’ombres ou de lumières.
Table des matières :
Préface - p. 9 Introduction - p. 13 Chapitre I - L'horreur du vide. Origines et développement d'une institution - p. 21 Haro sur l'intendant - p. 23 Les premiers députés envoyés en mission - p. 32 De l'extraordinaire à l'ordinaire -... (lire la suite...)
Table des matières au format PDF.
Comptes rendus parus dans la presse :
revue d'Alsace
23/04/2003 - Claude Mazauric pour les AHRF 1-2003
Comptes rendus
Extraits pp.177-182 :

Voici un livre de portée majeure sur la période clef de l'histoire de la Révolution française ainsi que le souligne à juste titre dans sa préface J.-C. Martin : une somme en vérité qui influencera toute la recherche historique à venir et se situe dans la lignée de ce qui a été produit de meilleur depuis un siècle dans le champs de l'histoire de la Révolution. Au regard de l'immensité des questions que ce livre aborde, on pourra bien entendu, souligner des absences, formuler des regrets et chercher chicane à l'auteur pour telle ou telle de ses appréciations tranchées, mais que de données offertes, que de science accumulée, quel regard perçant et détendu ! Jusqu'ici, l'histoire de l'action des représentants en mission aux armées ou dans les départements et qui ont en deux ans et demi parcouru la République en tous sens de mars 1793 à octobre 1795, n'apparaissait qu'en phase avec une autre histoire, monographies départementales ou locales, itinéraires biographiques... Voici enfin, comme nous l'attendions impatiemment, une histoire collective de ces envoyés au nom du peuple français qui, partout en France, ont imprimé la Révolution dans l'espace et les consciences, contribué à créer cette part d'irrémédiable dans l'expérience historique de la nation française où s'est inscrite l'origine de l'héritage républicain d'aujourd'hui. (...) Le livre de Michel Biard nous conduit à repenser la réalité de l'espace républicain vécu dans toutes ses tensions internes...
... tant l'apport de l'ouvrage est considérable en soi et surtout de nature à offrir aux chercheurs à venir tous les moyens d'entreprendre les enquêtes dont ils recevront la charge.
(...) On hésite toujours à qualifier un livre de "magistral" et son auteur de "maître", et pourtant ce sont ces termes qui viennent spontanément sous la plume de quelqu'un qui depuis cinquante ans a consacré son temps à la lecture assez attentive d'ouvrages d'histoire consacrés à la Révolution française ! À tout prendre, c'est sans retenue que je les écris, tout à la joie de constater de surcroît que la veine historiographique dans laquelle il s'inscrit continue à se montrer d'une fécondité heuristique peu égalée.



La revue administrative
23/02/2006 - Revue administrative, n°349, 2006
Bibliographie
(...) S'appuyant sur le très importants corpus de textes laissés par les représentants en mission, l'auteur a entrepris de réévaluer leur action, qui s'étend jusqu'à l'automne 1795, soit bien après la mort de Robespierre. C'est ainsi qu'ils apparaissent non pas seulement en simples agents du pouvoir central, mais également comme de précieux intermédiaires entre Paris et les départements, mais aussi entre la Convention et les citoyens.