Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle
Luxe et demi-luxe - 2011
Natacha Coquery
ISBN : 978-2-7355-0733-7
408 p. + 8 pl. coul., 15x22 cm, br.
Collection : CTHS Histoire
N° dans la collection : 44
Code Sodis : F30788.6
commander l'ouvrage [prix : 28,00 €]
C’est de sa vitalité commerçante au XVIIIe siècle que Paris tire sa renommée de capitale de la mode. Cette étude propose de découvrir le fonctionnement de la boutique, noyau de l’institution marchande, en l’observant dans son quotidien et dans les réseaux sociaux et territoriaux dans lesquels elle s’inscrit. Elle présente ses difficultés, ses clients et le jeu marchand sur la qualité des produits ; l’innovation commerçante bouleverse les habitudes et les traditions. La capacité des boutiquiers à inventer un marché qualifié de demi-luxe est capitale dans cette dynamique. Un code du commerce et de l’échange se crée, où les habitudes anciennes, le troc et le crédit, coexistent avec le changement des modes de consommation et la naissance de nouveaux besoins.
Comptes rendus parus dans la presse :
Revue Histoire urbaine
28/06/2012 - Clarisse Coulomb
Compte rendu
Extraits du compte rendu de Clarisse Coulomb


"Ainsi, après l’hôtel aristocratique, Natacha Coquery montre que l’observation d’un micro-lieu permet de comprendre les métamorphoses de la ville. Elle donne une importante contribution à l’étude des classes moyennes, à leur nouvelle conscience d’elles-mêmes, à leur rôle novateur en tant que producteurs et vendeurs de nouveaux biens, mais aussi en tant que consommateurs. Ce livre est appelé à devenir un classique sur la ville des Lumières."

Lien : http://sfhu.hypotheses.org/720

L’Humanité
29/11/2012 - Guy Lemarchand, historien.
Le Paris boutiquier au siècle des Lumières
{Extrait}
Une brillante et passionnante étude macroéconomique, et microscopique, du monde des boutiquiers à une période où naît une clientèle populaire nouvelle au côté de la noblesse.

Avec cet ouvrage particulièrement brillant, Natacha Coquery répond implicitement et dépasse la critique idéaliste des années 1980 dirigée contre l’histoire économique. Sans rompre avec l’inspiration de Labrousse et Braudel, utilisant les concepts et méthodes de la sociologie et de la géographie, son observation est à la fois, comme le dit Daniel Roche dans sa préface, macroscopique, saisissant le collectif, et microscopique, appréhendant des carrières individuelles.

Annales. Histoire, Sciences sociales
21/03/2013 - Mathieu Marraud
extraits :

"(...) il demeure que l'ouvrage de N. Coquery est une leçon d'histoire économique par son aptitude à ramener les grandes inflexions du XVIIIe siècle à l'échelle des acteurs et des opérations les plus élémentaires : l'écoulement ordinaire des objets de la boutique vers le public. Pour réaliser cette recherche, l'auteur n'oublie jamais d'historiciser la place tenue par le boutiquier dans l'espace urbain, de socialiser son expérience la plus quotidienne des flux et des profits, aussi bien que l'expression du goût qu'il alimente et fait ainsi circuler au sein de la société".


H SOZ U KULT
30/08/2013 - Daniel Devoucoux
Extrait du compte-rendu paru sur le site hsozkult.geschichte.hu-berlin.de :

"Les études historiques sur la boutique ne courent pas les rues. Seuls quelques rares ouvrages comme celui de François Gresle sur l’univers de la boutique dans le Nord l’ont abordé. Le champ reste au niveau historique aujourd’hui pratiquement inexploré. Le livre de Natacha Coquery vient donc combler cette lacune par une analyse économique se plaçant à mi-chemin entre la micro- et la macroperspective économique.

(...) Natacha Coquery (...) nous offre une formidable approche économique de l’univers de la boutique du luxe et demi-luxe au XVIIIè siècle qui nous permet par exemple de mieux appréhender sur quelles bases reposait la réputation de Paris comme capitale de la mode, ceci jusque dans son versant accessoires de luxe (de cuir, de bois, de métal, de produits organiques, mixtes). C’est un ouvrage excellent, fort bien écrit, clairement structuré, sensitif, original, dense et passionnant que je conseille vivement."

Compte-rendu complet à lire à l'adresse suivante : http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/rezensionen/2013-3-115